l'Histoire du Didgeridoo...

Logo Instagram - 300 px.png Logo Twitter 2.png facebook-logo_PNG.png  Logo YOUTUBE.png

 

Dans la culture des Aborigènes, le « Temps du Rêve », dit le « Dreamtime », est le fondement de leurs croyances sur les origines du monde. « BUR BUK BOON » était un être qui protégeait sa famille en les préservant du monde extérieur sombre et froid. Il préparait le feu pour maintenir la chaleur et la lumière au sein de leur foyer. BUR BUK BOON trouva une branche d’arbre au sol qui était creusé par des termites encore présentent dans le cœur de cette branche. Il prit la branche et souffla doucement dedans pour en faire sortir les termites délicatement… et un son incroyable se fit entendre… expulsant les termites dans le ciel au beau milieu de la nuit, formant ainsi la Voie Lactée !

Ce son étrange protégerait et bénirait notre Terre-Mère ainsi que tous les âmes et tous les esprits du DREAMTIME pour l’éternité...

 

Australie 2003 - 02.jpg

 

Le didgeridoo date environ de 20 000 ans. Il est certainement l’instrument le plus “ simple “ que l‘être humain connaisse à ce jour, car c’est un instrument sans mécanique et qui fonctionne uniquement avec le souffle et la vibration des lèvres de l'homme.

Le vrai didgeridoo est fait dans un arbre d’eucalyptus dont le coeur du tronc est mangé et évidé par les termites, alors qu’il est encore en terre et bien vivant. Ce phénomène se passe uniquement dans la région du Nord de l’Australie. Bien sûr, les termites sont présentes partout sur notre planète. Mais le fait qu'elles mangent juste le coeur de l'arbre pour ensuite le laisser tel quel... cela se passe que sur cet immense continent... et personne n'a d'explication tangible à ce phénomène.

 

IMG_04372-2.jpg

 

Ensuite, intervient la main de l’homme. C'est à dire que dans le cas présent il s'agit de mon ami Aborigène et moi-même qui allons couper les arbres d'eucalyptus qui sont ainsi évider à la base. Puis nous conservons le tronc qui est donc “ creux ”, pour en faire un didgeridoo en passant par plusieurs étapes.

Mais avant toutes ces étapes de fabrication, sachez qu'il faut faire une demande de "permis de coupe" au gouvernement Australien, et ensuite une autre demande à la société qui gère la protection des forêts et parc nationaux. Sans parler également du visa adéquate en terme de travail dans un territoire autre que le sien.

Si toutefois, un fantasme vous anime du genre : vous aimeriez aller vous ballader dans le Bush, au fin fond de l'Australie, et revenir avec un didgeridoo brut que vous avez coupé "à l'arrache" comme on dit chez nous. Et bien sachez que vous vous exposez à une amende de 75 000 $AUD et 1 an d'emprisonnement... donc si vous avez envie de jouer... à vous de voir !

 

IMG_0440-2.JPG

 

 

Les étapes suivantes après la coupe sont :

- période de séchage (6 mois à 15 ans environ)

- nettoyage et traitement phyto-sanitaire

- enlever l'écorce, rabotage, ponçage

- accorder la note de l’instrument

- application de l’embouchure

- vernissage et finitions

 

A l'origine, il y avait des centaines de communautées aborigènes en Australie. Pour les tribus concernées, l'appelation " Didgeridoo " est née lors du colonialisme.

La genèse de cet instrument fait que les tribus, dans leurs dialectes proprement aborigènes, leurs ont donnés des noms différents, tels que " YIDAKI ", " MOLOO ",  " IHAMBILBIG " etc., et qui définissent le nom ou le mot " Didgeridoo "  donné par les colons lors de leurs invasions. 

D'ailleurs les occidentaux l'écrivent de façon différentes comme : Didgeridoo ou Didjeridoo.

Le didgeridoo est instrument utilisé lors de rituels appelés " Corroborées ", qui sont des moments sacrés où les tribus aborigènes chantent et dansent en rendant hommage en remerçiant notre planète. Plusieurs danses telles que " la danse du kangourou ", " la danse de l'aigle ", " la danse du chasseur " etc. y sont évoquées par exemple.

Le joueur fait vibrer ses lèvres pour obtenir la vibration fondamentale de base ( appelé également “bourdon ou drone“ ). Puis il va ajouter des sons supplémentaires avec sa langue, gorge, voix et diaphragme, imitant ainsi la nature qui l'entoure agrémenté de rythmiques traditionnelles.

La respiration circulaire pour jouer de façon " continue ", est une technique fondamentale que le joueur va utiliser pour se mettre dans un état de trance parfois. C'est à dire qu'il joue le didgeridoo sans que le son s’arrête, ce qui amène un effet “enivrant ” lorsqu’on l’écoute attentivement pour nous aussi.

Plus un didgeridoo est long, plus il sera grave. Le son du didgeridoo correspond à une note (Do, Ré, Mi etc.). Ce qui est logique quant on pense aux intruments à vents comme le Saxophone, Trompette, Flûte etc.

Le didgeridoo est également utilisé pour soigner de certaines maladies ou stress, comme l'apnée du sommeil qui est une confusion mécanique de notre corps (surtout de la gorge) lors de la respiration lorsque l'on dort.

Quelques uns de mes élèves se sont même arrêtés de fumer grâce à cet instrument de la nuit des temps !

 

Raphaël Didjaman.

 

Didge_Y_-_Handpan_festival.jpg

 

Logo Instagram - 300 px.png Logo Twitter 2.png facebook-logo_PNG.png  Logo YOUTUBE.png